Ces dernières heures, les médias français et internationaux font état de la surveillance de téléphones de nombreux journalistes, promoteurs des droits humains, personnalités politiques et représentants des corps intermédiaires du monde entier. Il est inadmissible et inacceptable que le contenu des téléphones de ces personnes, qui représentent des piliers de nos démocraties, soit aspiré et que leurs conversations téléphoniques soient écoutées et enregistrées.

Le Cercle des Communicants et des Journalistes Francophones (le CCJF) qui réunit environ 4000 adhérents (dont 1600 journalistes) issus de tout l’espace francophone (50% des membres vivent en Afrique noire et dans le Maghreb) a toujours œuvré à la consolidation de la liberté de la presse et à l’amélioration du journalisme dans l’espace francophone.

Et cela dans le cadre de plusieurs actions :

Le Fondateur et Président du CCJF (Damien ARNAUD) qui a de nombreux liens avec des journalistes d’investigation en France, en Afrique noire et dans le Maghreb, espère qu’il ne fait pas partie des personnes dont le téléphone a été espionné. Si tel est le cas, il espère qu’il sera prévenu par les médias qui ont eu accès à la liste afin de prendre les mesures qui s’imposent et d’agir en conséquence (pour le contacter : @laCOMenChantier et https://www.linkedin.com/in/arnauddamien/).

Il est indispensable que toute la lumière soit faite très rapidement sur ce système d’espionnage, que tous les fils soient tirés et que des actions soient engagées par les victimes afin que ce cyberespionnage ne puisse plus se reproduire.